Tahrir et autres places 2012

Aquarelle et brou de noix sur papier népalais (25x35)

En février 2011, au moment où l’Egypte s’est revoltée, les radios passaient en boucle des reportages realisés sur la place Tahrir. Le nom de cette place revenait dans ma tête et j’imaginais les foules déambuler, se confronter, refaire le monde. Je finis par être obsédé par cet endroit et dans une plus large mesure par l’idée que les hommes et les femmes pourraient prendre une place pour recréer une société et renverser un pouvoir. Un lieu de rendez-vous pour tous, tous les êtres qui rêvent de liberté. J’ai pensé à ce moment-là que la Liberté se créait sur la place Tahrir et j’ai été à la rencontre de cette nouvelle Egypte en train de naitre pour dessiner quelques humains sur une Place qui bouge.